L'Eglise Notre-Dame du Roncier

L'Eglise de Notre Dame, construite vers 1295 à l’emplacement de la chapelle seigneuriale du château des Barons de Rostrenen, fut remaniée au XVIIIème siècle puis au XIXème siècle.

De la construction d'origine, il reste 4 gros piliers qui portaient un clocher à jours "rival des plus beaux clochers de Cornouaille" descendu en 1649 car "il penchoit et menaçoit ruyne", le mur derrière l'autel Notre-Dame, sur lesquels on peut voir les traces d'anciennes arcades élancées dans le trancept de l'église.

Elle dépend de la paroisse de Moëlou. Les armes en alliance de Jeanne de Rostrenen et d’Alain VII, vicomte de Rohan, qui figurent sur l’édifice, permettent de situer la construction de l’église dans la première moitié du XIVème siècle.

L'Eglise Notre-Dame du Roncier

 
En 1483, à la demande de Pierre IX, baron de Rostrenen, le pape Sixte IV accorde l’érection de l’église seigneuriale en collégiale.

Ronan de Coëtmeur, frère du baron, en est le premier doyen.

De 1886 à 1888, l’église est restaurée sous l’épiscopat de Mgr Bouché, né à Rostrenen en 1828.

Elle possède un porche mi gothique — mi renaissance qui est classé monument historique.

La nef primitive daterait de 1342 car, en la démolissant pour construire la nouvelle nef, on a retrouvé des pièces d'or de la fin du XIIIème siècle.

La cloche qui sonne encore l'Angélus est celle qui reste des 4 (3 furent fondus pendant la Révolution) que possédait l'église. Elle porte l'inscription "faite en may, l'an 1604, passée par feu et flambe. Le nom de Dieu, je loue, je chante".

La partie la plus ancienne est le porche Sud (XIVème pour la partie basse, XVIème pour la partie haute), qui abrite les douze statues des apôtres en bois polychrome, sculptées en 1880 par un ébéniste rostrenois, Paul Chamaillard.

 

L’intérieur du porche présente une élévation à trois niveaux : les arcatures aveugles des cinq baies reposent sur un banc de pierre du XIVème siècle.

 

Aux quatre angles, les culots moulurés sont sculptés de figures humaines. La corniche monumentale, datée du XVIème siècle, est remaniée au XVIIème siècle puis en 1749.

Le choeur, avec son chevet arrondi est de 1700. Il est l'un des plus beaux des Côtes-d'Armor.La tour fut construite en 1677 avec les pierres des ruines du chateau.

L'Eglise Notre-Dame du Roncier

Les statues de Saint-Louis et Sainte-Catherine (XVIIIème) seraient les portraits de Louis et Innocente Catherine de Florimonde de Lantivy, qui fut la dernière baronne de Rostrenen.

Les vitraux du choeur et du trancept, dessinés par Gilbert, datent de 1867. Douze scènes inscrites dans des médaillons ovales relatent de bas en haut l’histoire du buste miraculeux.

 

Sa découverte, près de la fontaine, entraîne les prières des chanoines et du baron Pierre IX. L’invocation du buste permet la guérison d’un habitant de Glomel, d’un meunier Rivoal, happé par la roue de son moulin, et d’un habitant de Bonen, paralysé à la suite d’une chute au marché de Callac.

 

La famille Laurent cache le buste pendant la Révolution. La partie supérieur évoque trois autres miracles : un paralytique priant devant l’autel, Louise Logeat, tombée dans un puits, sauvée lorsque sa mère invoque Notre Dame, et un autre homme également accidenté à la suite d’une chute dans un puits. Le dernier médaillon représente une procession en l’honneur de la vierge.

 

A l'affiche

Quelques images

Lettre d'information

Aller au haut